Club horticole de Bromont

Venez cultiver votre passion de verdure avec nous!

Les insectes et insecticides

LIMACES

La limace se déplace tranquillement sur son pied baveux.  Rien n’est rapide chez ce petit mollusque dépourvu de coquille.  Rien sauf la prolifération ! Chaque limace peut donner naissance à 500 descendants (maximum) en une saison surtout si le temps est humide et pluvieux.   Heureusement, les périodes de sécheresse ralentissent leurs ébats et les prédateurs réduisent les populations.

La limace dévore les feuilles de plusieurs plantes ornementales dont celles des hostas qui semblent être la grande favorite.  La liste de son menu est très longue, seules les plantes au feuillage rugueux, poilu, coriace sont épargnées.

Pour réduire les populations de limaces

  • Les amateurs de jus d’orange pressé auront intérêt à recycler les pelures d’orange.  Une demi-orange placée sur le sol attire les limaces.  Elles vont se réfugier sous la pelure durant la nuit et au matin il ne reste plus qu’à ramasser le fruit et à le jeter aux ordures, limaces comprises.
  • Les enlever à la main au petit matin ou à la tombée du jour et les noyer dans l’eau salée.  Peu ragoûtant, mais efficace!
  • Étendre de la cendre de bois et des coquilles d’œufs broyées autour de vos plants.  Les limaces doivent sécréter un surplus de mucus pour traverser ce mélange.  Elles finiront par mourir d’épuisement à force d’en sécréter.  Recommencer  l’application des cendres et des coquilles après chaque pluie.
  • Les limaces adorent la bière. Déposer des récipients remplis de bière à différents endroits du jardin.  Les enfoncer au ras du sol.  Les limaces viendront s’y noyer. Vider les contenants chaque matin.

PERCE-OREILLES

Les perce-oreilles sont des insectes à la fois utiles et nuisibles. Ils sont nuisibles lorsqu’ils sont trop nombreux et bénéfiques en tant que prédateur du puceron.

Pour réduire les populations de perce-oreilles

  • Les perce-oreilles sont très friands d’huile de poisson.

Enterrer une boîte de conserve au ras du sol.  Y verser de l’huile de poisson.  Les perce-oreilles attirés par l’odeur seront nombreux à venir s’y noyer.  Vous n’aurez qu’à les détruire au petit matin.

  • Chiffonner des boules de papier journal et les placer près des plantes infestées de perce-oreilles.  Les perce-oreilles iront s’y abriter au lever du jour.  Ramasser les pièges chaque matin et les plonger dans une eau savonneuse.

PUCERONS

On observe fréquemment la présence de pucerons sur les plantes annuelles et vivaces.  Faciles à voir, ils mesurent jusqu’à 7mm de longueur et sont verts, rouges ou noirs. Ils se tiennent surtout sur les tiges tendres et près des boutons floraux. Ils sucent la sève et causent la distorsion des feuilles et des bourgeons.  Ils laissent une substance collante appelée miellat sur le feuillage.

Pour réduire les populations de pucerons

  • Que faire ? Essayer d’abord d’en éliminer le plus possible en glissant vos doigts le long des tiges infestées. Il n’est pas interdit de porter des gants chirurgicaux. Ensuite, arroser la plante avec un jet d’eau puissant pour éliminer les plus récalcitrants. L’impact du jet d’eau sur leur corps mou suffit à en tuer plusieurs. Vaporiser un savon insecticide et continuer de surveiller étroitement vos végétaux durant les semaines qui suivent. Les pucerons se multiplient très rapidement.  Il est donc très important de réagir vite et de répéter les traitements aux 10 jours si une nouvelle génération de pucerons apparaît.

CRIOCÈRES ET LYS

crioc+¿re du lis

d+®gat caus+® par le crioc+¿re du lis

Avec sa belle couleur écarlate, le criocère est rapidement repérable. Il dévore avec appétit les feuilles et les fleurs des lys en les criblant de nombreux trous. Les larves sont toutes aussi voraces que les adultes. Elles ressemblent à de petites boules de boues visqueuses. Si on les laissait aller, les plantes seraient complètement défoliées. Idéalement, il faut capturer les adultes avant qu’ils pondent et vérifier sous les feuilles la  présence de petits œufs orange. Il faut également les supprimer avant qu’ils se transforment en larves. Avant de planter des lys au jardin, il faut être conscient de ce problème.

INSECTICIDES

Voici d’autres solutions pour réduire les populations d’insectes:

Insecticide maison

Ingrédients :

30 ml d’ail écrasé

30 ml d’huile végétale

10 ml de savon à vaisselle biodégradable

1 litre d’eau

Méthode :

Bien mélanger.  Filtrer.

Diluer le mélange dans 1 litre d’eau.

Vaporiser les plantes infestées. Répéter le traitement aux 7 à 10 jours car une nouvelle génération d’insectes peut s’installer. Conserver les portions non-utilisées au réfrigérateur. Bien identifier le produit. Même s’il n’est pas toxique, il ne faudrait pas le confondre avec la vinaigrette.

Insecticide de synthèse – Ce qu’il faut savoir

En règle générale, ne pas appliquer d’insecticide de synthèse :

  • Lorsque la température est très élevée
  • Lorsqu’il vente
  • Lorsque l’on prévoit de la pluie

Éviter de consommer des végétaux ayant subi des traitements aux insecticides durant la période de retrait recommandée par le fabricant

Éviter de traiter les aires de jeux et faire attention à la piscine et à ses zones d’accès.

Les insecticides ne sont pas sélectifs.  Ils tuent aussi les prédateurs tels que la coccinelle, le chrysope, la mante religieuse et plusieurs autres.  Les prédateurs consomment une grande quantité d’insectes nuisibles. Donc moins il y a de prédateurs plus il y a d’insectes nuisibles et plus il faut traiter.

Toujours commencer par les interventions les moins nocives.  Une cueillette manuelle, un jet d’eau puissant sont des moyens efficaces de contrôler les infestations qui parfois s’arrêtent là.

Ne pas traiter les absents : plusieurs produits doivent entrer en contact avec l’insecte pour le tuer, si l’insecte n’y est pas, ne pas traiter.

L’efficacité des produits n’est jamais à 100 % même avec les plus toxiques.  Dans plusieurs cas, il faut répéter le traitement aux 7 à 10 jours car une nouvelle génération d’insectes prend la relève.   Bien lire l’étiquette et suivre les recommandations à la lettre.

Peser le pour et le contre avant d’intervenir.  Est-ce que la survie de la plante est menacée ou est-elle seulement moins esthétique ?  Il ne faut pas risquer sa santé ni celles de nos semblables pour sauver quelques feuilles.

Publicités